Le Pavillon Vendôme

En plein coeur de Clichy, aux abords de la rue Martre, le pavillon Vendôme est un précieux témoignage de l’architecture classique française, vestige le plus ancien préservé à Clichy avec l’église Saint-Médard. Cet ancien pavillon de chasse était pourvu de plusieurs dépendances et même d’une ferme.

Appartenant à la fin du 17e siècle à un riche bourgeois de Paris, Jean Delaunay, le domaine est acquis par le Prince Philippe de Vendôme pour y loger sa maîtresse Françoise Moreau, chanteuse et danseuse renommée de l’Académie Royale de Musique. D’importants travaux d’embellissement sont alors entrepris avec les plus grands artistes des chantiers royaux de Versailles, Marly et Paris. Une porte cochère sculptée par Jean Hanard, sculpteur ébéniste, membre de l’Académie Saint-Luc, marque l’entrée de la propriété. Le frontispice du pavillon affiche un luxe peu ordinaire pour une maison de campagne : l’ordonnance classique de la façade était alors enrichie d’une galerie lambrissée qui donnait sur les jardins. Sur le fronton, un décor sculpté présente une bacchanale, exécutée certainement par Jean- Baptiste Poultier et Jean Delapierre, tous les deux sculpteurs ordinaires de Louis XIV, membres de l’Académie Royale de Peinture et Sculpture. A l’intérieur, le plafond du grand salon est peint par Claude III Audran. On peut y admirer des scènes de chasse liées au mythe de Diane.
En 1720, le pavillon est vendu au Prince de Conti, qui, à son tour, fait réaliser des travaux. Au 19e siècle, lors de la restructuration de la ville qui prend de l’ampleur, le Pavillon Vendôme bascule dans l’anonymat et se transforme : galerie, cuisines et chapelle disparaissent, le parc est modifié. Après avoir été classé à l’Inventaire des Monuments Historiques en 1983, la Ville devient propriétaire de ce lieu de mémoire collective en 1989. Elle souhaite lui redonner peu à peu la vie qu’il mérite et l’ouvrir aux visiteurs.

Patrimoine

Le Pavillon Vendôme

9 photos