Lotissement HBM

Au début du siècle, les pouvoirs publics ont commencé à réglementer la construction des logements.
Les offices municipaux d'habitation à bon marché (HBM) sont crées après la première guerre mondiale pour faciliter la reconstruction.
En 1922, la loi Ribot prévoit des conditions de financement préférentielles pour la construction des logements réservés aux classes sociales les plus défavorisées.

Dès 1922, à sa création, l'office public des HBM de Clichy s'attache à la résolution de la crise des loyers dont souffre la population ouvrière de la ville, notamment dans le quartier insalubre des fortifs, occupé par les chiffonniers.

Entre 1923 et 1928, deux groupes de maison sont édifiés rue Simonneau, du nom d'un ancien propriétaire.

La cité Simonneau illustre les thèses d'Henri Sellier, maire de Suresnes et président de l'office public des HBM de la Seine, prônant la recherche de l'effet esthétique dans le plan d'ensemble, le confort et l'organisation intérieure.

L'habitat est ici envisagé de manière globale, avec l'intégration d'un square, d'un dispensaire, de bains-douches et de boutiques, progressivement transformées en nouveaux logements. La qualité de l'environnement s'associe à la qualité architecturale.

La cité Simonneau allie l'intégration dans le tissu urbain traditionnel et une complète autonomie.