Page facebook Page twitter Page Youtube

Honneur aux soldats de 14-18

Le 11/11/2017
Des jeunes mis en avant, cette année, pour la célébration du 99e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, ce samedi. Des classes des lycée Newton et collège Jean Macé étaient présentes. Un élève de la classe Défense et citoyenneté du collège Jean Macé, Ismaël Quaisse, a revêtu l’uniforme bleu horizon des poilus et a porté sur la baïonnette de son fusil un authentique fanion de la guerre 14 18. Un dépôt de gerbes a eu lieu par Le Maire, Rémi Muzeau, au monument aux Morts et au Carré Militaire en présence d’associations d’anciens combattants et de victimes de guerre et avec la participation du Souvenir Français.

Voir l'image en grandUn hommage particulier a été rendu au caporal, Constant Cherhal,  né à Clichy et tombé au champ d’Honneur à l’âge de 28 ans. Au sein du cimetière militaire, plus de 250 poilus clichois sont inhumés.

La cérémonie  a permis de tisser un lien intergénérationnel et personnifié les soldats morts pendant la Grande Guerre et dont le souvenir disparait  avec les générations futures. 

Enfin il a été lu une lettre émouvante de poilu, Octave, écrite le 14 juillet 1917 à sa mère, et dont voici la restranscription complète : 

« Chère mère, à la veille de partir à l’attaque, je désire te faire mes adieux. Je pars plein de confiance dans mon idée que cette attaque doit réussir. Il se peut que j’y laisse mes os, ce sera en somme la mort du vieux soldat que je suis. Je souhaite que ma mère soit utile à mon Pays. Je ne désire qu’une chose : savoir que tous les sacrifices des poilus, mes frères d’armes, ne seront pas vains, que nos parlementaires en signant la paix auront présents à la mémoire de nos sacrifices et nos souffrances et ne saliront pas nos mémoires en acceptant une paix honteuse pour la France, pays qui m’a vu naître plein d’espoir et qui me verra mourir toujours plein de ces mêmes espoirs. Adieu petite mère, excuse et pardonne si quelques fois j’ai pu te faire de la peine. Que la volonté de Dieu s’accomplisse. Je t’embrasse très fort. »


Partager cet article :