Page facebook Page twitter Page Youtube

Le portrait d'Orianne Vatin

Portrait - Publiée le 03/12/2018

Orianne Vatin a choisi de mêler sa formation, le journalisme et ses passions, l’histoire et l’écriture. Sur son blog, elle raconte l’histoire de Clichy, la grande comme la petite.

Voir l'image en grandSans le savoir, vous l’avez peut-être croisée dans les rues de Clichy, à la recherche d’un détail historique ou d’une porte qui pourrait cacher des secrets. La jeune femme de 34 ans n’habite la commune que depuis 6 ans seulement, mais son intérêt et son savoir sur la ville pourrait supplanter bien des générations de Clichois !


Pour se présenter, Orianne Vatin évoque un parcours atypique. Et aussitôt les mots curiosité, engagement, plaisir de l’écriture viennent à l’esprit. Après sa maîtrise en journalisme, elle créée un magazine musical. Orianne multiplie ensuite les postes de journaliste, devient porte-parole de la SPA (son autre passion, les animaux) et ouvre un restaurant vegan. En 2012, Orianne Vatin s’installe à Clichy. « J’y suis venue par hasard. J’ai aimé l’atmosphère. C’est un village, on peut tout faire à pied ».

Passionnée d’histoire, elle s’intéresse à sa ville d’adoption. Tout naturellement : « Clichy a un passé phénoménal. Estce que les gens savent qu’au XVe siècle, le territoire de Clichy s’étalait de la Seine jusqu’au jardin des Tuileries ? En 1 800, Monceau et les Batignolles appartenaient toujours à la commune de Clichy. Il y avait 4 ou 5 châteaux à Clichy. Il ne reste que le Pavillon Vendôme, merveilleusement restauré. Van Gogh ou Paul Signac sont venus peindre les bords de Seine à Clichy. Je voudrais que les gens connaissent mieux cette ville au passé incroyable, je me régale tellement de tout ce que je découvre » Un savoir qu’Orianne partage volontiers avec les Clichois, au travers d’un blog (www.histoiredeclichy.fr) qu’elle vient de lancer. « J’ai ouvert un restaurant, mais je ne voulais pas oublier l’écriture, qui fait partie de moi. Dans ce blog je mets mes articles et j’invite les Clichois à prendre contact avec moi ». Pour écrire ses textes, Orianne Vatin mène de véritables enquêtes.
Elle étudie tout sur le terrain, puise ses infos aux Archives nationales et municipales, fréquente les brocantes pour dénicher des documents sur Clichy.

De sa formation de journaliste, elle utilise les mêmes méthodes d’investigation, trouve une info, en tire les fils et vérifie plusieurs fois ses sources. « Je ne publie que quand je suis sure à 100 %. Comme je suis perfectionniste, je peux passer plusieurs heures pour valider une information. L’histoire de Clichy est inépuisable, c’est comme une chasse au trésor».

Lors des Journées du patrimoine, en septembre dernier, à l’invitation de la Municipalité, elle a animé les
visites des abris anti-aérien, pour la première fois, ouverts au public. Orianne a aussi participé à l’exposition du Centenaire : « Savez-vous que pendant la Première Guerre mondiale, il y a eu des tranchées de 2 à 3 mètres de profondeur place des Martyrs ? J’aime la grande histoire, mais aussi la petite. J’ai écrit sur un gourou qui habitait rue du Dr Roux, sur Landru qui avait un appartement familial à Clichy, sur un temple protestant qui avait été construit à la place de l’espace Henry Miller… il y a tellement de matière ! »


Partager cet article :