Le quartier du Bac

Périmètre et situation géographique

Le quartier du Bac s’étend sur 21 hectares en bord de Seine et constitue l’entrée nord-ouest de la commune. Il est délimité :

  • au nord, par le quai de Clichy et les berges de la Seine,
  • à l’ouest, par un faisceau de voies ferrées (Paris-Saint-Lazare-Normandie) et la commune de Levallois-Perret,
  • au sud, par la rue de Neuilly,
  • à l’est, par le cœur d’îlot Petit/Jeanne d’Asnières et la limite est des entrepôts de la copropriété Fournier.

 

Périmètre de la ZAC Bac d’Asnières et Valiton-Petit

 

Après avoir inspiré plusieurs peintres impressionnistes, le quartier s’est industrialisé en lien avec la Seine, entraînant sa paupérisation au fur et à mesure de la fermeture des usines. Il a aujourd’hui la particularité de présenter une grande mixité urbaine : grandes friches industrielles, habitat de faubourg dégradé, immobilier industriel (Data center) et d’entreprises, petites activités réparties dans le tissu d’habitat, …

Site prioritaire de la politique de la ville depuis les années 1990, l’opération d’aménagement du Bac d’Asnières, conduite dans le cadre d’une ZAC depuis 2007, a permis d’engager de premières actions de mutation du quartier.

Qu'est-ce qu'une ZAC ?

La zone d’aménagement concerté (ZAC) est un outil d’urbanisme essentiel dans la mise en œuvre des projets urbains par les collectivités. Elle offre à la personne publique initiatrice un contrôle complet sur les choix d’aménagement d’un secteur.

Objectifs et programme de constructions

À travers cette opération, la Ville souhaite :

  • Désenclaver le quartier, qui est coupé du reste de la Ville par des infrastructures routières et ferroviaires et des friches industrielles constituant des emprises foncières impénétrables.
  • Poursuivre le développement de la commune : le quartier du Bac et son prolongement sur les bords de Seine constituent une des dernières opportunités foncières significatives de la Ville. L’objectif est d’y installer à la fois des logements et des activités économiques diversifiées (bureaux, services, commerces) pour créer un quartier vivant et dynamique et participer au rééquilibrage fonctionnel de l’ensemble de la Ville.
  • Permettre le renouvellement urbain du quartier : c’est une des priorités d’intervention sur le quartier, notamment en matière de résorption de l’habitat privé dégradé. Il s’agit également de réaménager l’espace public ou encore de requalifier le maillage viaire.
  • Améliorer la qualité de vie urbaine : le quartier est soumis à des nuisances importantes en matière de bruit (voies ferrées, voiries de transit…) et de dégradation du paysage enserré dans un dispositif complexe d’infrastructures. Il s’agit de réduire ces nuisances, d’améliorer le cadre paysager du quartier mais aussi de soutenir le développement social et culturel avec la réalisation d’équipements publics à vocation éducative, sportive, culturelle et de loisirs.

 

Pour atteindre ces objectifs, il y est prévu :

  • La réalisation d’équipements publics : un groupe scolaire, un équipement sportif et culturel de 2 500 places, un espace multi-accueil petite enfance, un centre de loisirs, un parc de stationnement public de 150 places et la réhabilitation de la Maison du Régisseur sont prévus dans le cadre de l’opération d’aménagement.
  • Le réaménagement des espaces publics : le maillage viaire sera réorganisé pour améliorer l’accessibilité des équipements publics, un parc urbain de 5 ha a été créé en 2010 (le Parc des Impressionnistes ; Prix de l’aménagement urbain du Moniteur 2010).
  • Le développement de l’activité économique : le projet prévoit la construction d’environ 66 000 m² de bureaux, près de 4 000 m² de commerces, 4 000 m² d’hébergement hôtelier, 12 900 m² à vocation industriel.
  • La construction d’une offre résidentielle diversifiée avec environ 1 000 nouveaux logements.

 

Les équipements publics dans la ZAC Bac d’Asnières et Valiton-Petit

État d’avancement de l’opération

Aujourd’hui, l’opération d’aménagement est largement engagée. Les actions les plus significatives qui ont été réalisées sont les suivantes :

  • L’ouverture du parc des Impressionnistes, de plus de 5 hectares, en 2010,
  • La livraison du groupe scolaire Gustave Eiffel fin 2017,
  • La livraison d’une crèche de 40 berceaux en février 2018,
  • La construction d’un ensemble immobilier de 330 logements en 2017.
  • La construction d’un foyer ADOMA avec 66 logements sociaux, route d’Asnières, et d’un bâtiment comprenant 39 logements sociaux, livrés début 2018,
  • La construction d’un bâtiment comprenant 14 logements sociaux rue Petit début 2018,
  • La réalisation d’un bâtiment d’activités de 12 890 m²,
  • La restructuration des rues Gustave Eiffel et Paul Dupont,
  • La création de la voie Camille Claudel en 2017,
  • Le prolongement du passage Emile Bernard en 2017.

 

Certaines opérations sont également en chantier, telles que :

  • La construction de deux immeubles de bureaux pour un total de 20 000 m² à la tête du Pont d’Asnières,
  • Le terrassement de l’ancien plateau Gaz de France en vue de la construction d’un immeuble de bureaux de 47 000 m².

 

Équipements publics

Le parc des Impressionnistes

Le parc des Impressionnistes offre plus de 5 hectares d’espaces verts aux Clichois depuis 2010, au cœur de la ZAC du Bac d’Asnières. En 2011, ce parc urbain, écologique et environnemental a remporté le prix de l’Aménagement Urbain décerné par Le Moniteur. Ce prix a pour objectif d’encourager et de promouvoir différentes réalisations des communes qui contribuent à la qualité de la ville.

En 2014, une deuxième partie, plus au sud, est venue compléter le parc. Elle a permis d’ouvrir un troisième accès à l’angle de la rue de Neuilly et du passage du Puits Bertin, qui donne directement sur la gare SNCF.

 

Le groupe scolaire

Situé au cœur du quartier, le groupe scolaire est composé de 14 classes maternelles et élémentaires, d’un restaurant scolaire et d’espace d’accueil périscolaire. Les premiers élèves ont été accueillis dès la rentrée de la Toussaint 2017.

L'espace multi-accueil petite enfance

La crèche s’installe au rez-de-chaussée d’un bâtiment de logements, à l’angle des rues Camille Claudel et Émile Bernard. Accueillant 40 berceaux, elle est composée de locaux d’évolution très colorés, d’une pièce dédiée aux jeux d’eau et d’un espace vert extérieur protégé. Une attention particulière a été portée au confort thermique et au traitement de l’acoustique. Elle a ouvert ses portes au printemps 2018.

 

L'équipement sportif et culturel

Le futur équipement sportif et culturel de Clichy vise une grande souplesse et polyvalence de ses espaces. Le plateau omnisport sera équipé de tribunes modulables pour permettre l’accueil de spectacles culturels ou sportifs jusqu’à 2 500 personnes. Une offre de services spécifiques permettra la tenue de salons ou de manifestations privées. Sa livraison est prévue en 2023.

  Agence Rudy Rucciotti

Vers un quartier durable exemplaire

La labellisation EcoQuartier

L’opération dite du « Bac d’Asnières » est développée sur des principes et objectifs ambitieux en matière de développement durable. Dès l’origine du projet, elle s’est ainsi engagée dans la démarche ÉcoQuartier avec la spécificité d’être une opération en site urbain dense et largement constitué. Pour tenir compte de cette caractéristique et répondre à ses engagements de développement durable, des processus innovants ont été mis en œuvre.

Retenu dans le cadre du processus accéléré de Labellisation du Ministère de l’Égalité des territoires et du Logement en 2013, le Bac d’Asnières a fait partie des 7 projets qui ont fait l’unanimité sur « les ambitions affichées par la maîtrise d’ouvrage et sur la démarche initiée notamment sur la programmation urbaine, les orientations et les objectifs fixés par la collectivité à l’aménageur ». Cela s’est traduit en 2014 par la signature de la Charte nationale des ÉcoQuartiers invitant à suivre 20 engagements vers la ville durable. Le quartier du Bac d’Asnières a ensuite été reconnu comme « Engagé dans la Labellisation », le 18 décembre 2014.

Pour pouvoir ensuite prétendre à l’obtention du label ÉcoQuartier, le quartier du Bac doit attendre que l’opération soit suffisamment avancée pour permettre à la commission nationale d’appréhender le développement de la vie du quartier et l’insertion des nouveaux équipements dans la vie quotidienne, notamment avec l’arrivée des premiers habitants.

 

L'appel à manifestation d'intérêt - Santé, environnement et Aménagement durable

Le quartier du Bac fait partie des 5 lauréats retenus dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt – Santé, environnement et Aménagement durable conduit par l’ADEME et l’Agence Régionale de Santé en avril 2016. Cet appel à manifestation d’intérêt vise à sensibiliser et accompagner les porteurs de projet dans la prise en compte de la santé par des démarches exemplaires de co-construction au plus près des attentes et des besoins des habitants pour bâtir un cadre de vie sain et agréable.

 

L'appel à manifestation d'intérêt - 100 quartiers innovants et écologiques

Le 21 novembre 2018, le quartier du Bac a également été désigné lauréat de l’Appel à Manifestation d’Intérêt – 100 quartiers innovants et écologiques de la Région Ile-de-France. Dans le cadre du volet territorial du Contrat de Plan État-Région 2015-2020, ce dispositif prévoit une aide au financement de nouveaux quartiers ambitieux en termes de transition écologique et d’innovation. Ces quartiers permettent d’offrir une meilleure qualité de vie, de renforcer les centralités territoriales et de répondre aux besoins des populations et à l’accueil de nouveaux habitants dans toute l’Ile de France.

 

Le prix interdépartemental de l'innovation 2019 (le téléphérique urbain)

Début 2020, la ville de Clichy a été récompensée par le prix interdépartemental de l’innovation 2019 pour son dispositif de téléphérique urbain, mis en place dans le cadre d’un chantier dans le quartier du Bac.

À l’horizon 2022, le numéro 5 de la rue Pierre Bérégovoy accueillera un nouvel ensemble immobilier tertiaire de 47 000 m² réalisé par le promoteur Redman et AXA Investment Managers. Or, le site était situé à 6 mètres au-dessus du niveau du terrain naturel. L’objectif a été, dans un premier temps, de démolir les bâtiments et de terrasser le terrain pour le ramener au niveau de la rue. Il s’agissait alors d’évacuer 250 000 tonnes de terres ; soit l’équivalent de 80 rotations de camions par jour ou 10 000 sur toute la durée du chantier de démolition.

Soucieuse du bien-être des habitants vivant dans le quartier du Bac, des nuisances déjà importantes des chantiers en cours et des impacts environnementaux de l’évacuation des déchets et des terres de chantier par voie routière, la Ville a demandé à son aménageur, CITALLIOS, de rechercher des solutions alternatives au transport par camion. Il a alors été choisi d’évacuer les terres par voie fluviale, grâce à une installation temporaire de transport par câble aérien entre le chantier et les péniches stationnées sur les berges de Seine. Il s’agissait d’une première en France. Cette installation, mise en place entre mi-2019 et mi-2020, a permis d’évacuer 200 tonnes par heure avec un système téléporté dit « Blondins » c’est-à-dire avec un câble porteur et un câble tracteur séparé. Les déblais et les terres ont, in fine, été pris en charge dans des sites de traitement et de valorisation situés en Île-de-France et en Normandie.

Avec la suppression des camions, le téléphérique a permis de réduire l’impact carbone du chantier et a contribué à la réduction des émanations de poussière, améliorant ainsi la qualité de l’air. Il a permis également de préserver l’état des voiries et d’éviter les travaux de remise en état, générateurs de nouvelles nuisances.

Qu'est-ce que la Labellisation ÉcoQuartier ?

La démarche ÉcoQuartier, portée par le ministère du Logement et de l’Habitat durable, vise à favoriser l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, de construire et de gérer la ville durablement. C’est une démarche progressive de labellisation qui comporte 4 étapes, de la conception à la livraison, pour valoriser les opérations exemplaires en termes de développement durable :

 

Étape 1 : l’ÉcoQuartier en projet

Le label ÉcoQuartier – étape 1 est obtenu suite à la signature de la charte ÉcoQuartier par les élus et leurs partenaires pour le projet concerné.

 

Étape 2 : l’ÉcoQuartier en chantier

Une fois le chantier engagé, une expertise locale et nationale du projet est mise en place par le ministère afin de vérifier sa conformité avec la Charte ÉcoQuartier. Le projet conforme est alors reconnu « Engagé dans la labellisation ».

 

Étape 3 : l’ÉcoQuartier livré

Achevé ou sur le point de l’être, le projet est suffisamment avancé pour qu’émerge une vie de quartier. Il reçoit le label national ÉcoQuartier sur la base des réponses aux 20 engagements de la démarche.

 

Étape 4 : l’ÉcoQuartier confirmé

Trois ans après l’obtention du label, la tenue des engagements dans le temps et la façon dont les usagers s’approprient le quartier sont évalués afin de permettre une amélioration continue du projet et des pratiques d’aménagement de la collectivité.

Dernière mise à jour le 06/01/2021