Le portrait de Myriam Stock

Le portrait de Myriam Stock

Portrait - Publié le 30 septembre 2018
De Clichy à Lima, elle fait le grand écart entre sa carrière dans une grande entreprise française et la réinsertion des enfants des rues au Pérou.

En juin dernier, Myriam Stock et les 24 autres lauréats de bourses Initiatives Jeunes Solidaires étaient reçus au Conseil départemental des Hauts-de-Seine. Tous avaient répondu à l’appel à projets organisé par le Département pour encourager les 18-30 ans à s’investir dans la coopération internationale. Si elle vit à Clichy depuis un an, une partie de sa vie se déroule à 10 000 km d’ici Lima au Pérou. Engagée dans l’association Enfants du Rio, elle s’occupe d’enfants et d’adolescents des rues. Et quand elle n’est pas sur le continent sud-américain, elle se consacre à son métier d’acheteuse informatique dans une grande entreprise, bien loin de la misère.

Déjà attirée par l’Amérique latine, elle découvre l’association à l’occasion d’un projet étudiant en 2014. Bénévole engagée, Myriam, 28 ans, s’investit désormais sur le terrain. « Tout débute par un travail de rue pour nouer une relation avec ces jeunes difficiles à approcher. On leur propose ensuite de venir à la Casa Taller, notre maison-atelier, jouer à des jeux de société, faire de la musique, du sport ou encore accéder à des ordinateurs. L’étape suivante est de leur proposer une place dans la Casa Acorida, notre foyer de nuit. À partir de là, les plus jeunes vont au collège et on envisage une formation avec les plus grands », explique-t elle. Durant ses voyages, elle s’octroie quelques escapades, pour découvrir le Machu Picchu, « un souvenir inoubliable », ou les pays voisins.

Si les relations avec les jeunes sont parfois rudes, sur fond de dérives et de rupture familiale, de nombreux parcours ont une fin heureuse. « J’aime les jeunes que nous suivons. Il faut savoir s’adapter à leur situation, leurs réactions. C’est une expérience humaine enrichissante. Ce qui a changé pour moi c’est que maintenant je vis au jour le jour », lance-t-elle. En 2016, 26 jeunes ont été formés. Certains sont devenus fleuristes, paysagistes, d’autres cuisiniers, grâce à des formations payées par l’association.

Depuis deux ans, Enfants du Rio élabore un nouveau programme, « PanadelRio ». Celui pour lequel le Département a apporté son aide. « Nous avons créé un fournil pour faire du pain et des pâtisseries, avec un boulanger recruté sur place. Tous les jours, une dizaine de jeunes préparent les pains au chocolat, croissants, baguettes et pâtisseries péruviennes qui sont vendus via des food trucks dans Lima. La prochaine étape consiste à faire reconnaître la formation par l’Éducation nationale péruvienne », s’enthousiasme Myriam Stock.

Le mois prochain elle s’envolera pour Lima, laissant derrière elle Clichy qu’elle apprécie et considère comme une « petite ville dans Paris ». Durant cette mission de trois semaines, l’un de ses objectifs sera de terminer les démarches de certification de la formation. Mais surtout, il s’agira de préparer un nouveau projet, ouvrir une boulangerie solidaire au sein de l’association et continuer d’avancer, au service des autres.

Si vous souhaitez participer à cette belle aventure, l’association Enfants du Rio recherche régulièrement
des bénévoles. Pour en savoir plus : enfantsdurio.org