Le téléphérique à gravats, une innovation technique et écologique saluée par tous

Le téléphérique à gravats, une innovation technique et écologique saluée par tous

Travaux /Voirie - Publié le 11 juillet 2019
téléphérique gravats clichy
Le chantier de construction de bureaux, rue Pierre Bérégovoy, a démarré. L’évacuation des 140 000 m2 de gravats se fait par les airs, par le biais d’un téléphérique qui emporte, dans des bennes, les débris de Clichy au quai d’Asnières, pour être évacués par voie fluviale.

Voir l'image en grand Deux bennes à gravats ont été "habillées" par l'artiste Blo

Cette technologie inédite en zone urbaine, une première à Clichy, a été inaugurée le 17 juin. C’est l’aboutissement d’une volonté du Maire, Rémi Muzeau : « J’avais insisté lors de la réalisation de ce chantier : je ne voulais pas d‘encombrement sur des axes déjà saturés. Les ingénieurs se sont mis au travail. Nous sommes à l’avant-garde de l’écologie». « L’équation de départ a été imposée par le maire de Clichy, pas un seul camion » renchérit Pierre Bédier, président des Yvelines et de Citallios, l’aménageur du site.

1 500 TONNES PAR JOUR

1 500 tonnes de gravats seront évacués tous les jours, 10 000 rotations de véhicules seront évitées, soit une réduction de 35% des émissions de C02. Ce projet novateur et éco-responsable a été soutenu par la région Île-de-France à hauteur de 600 000 €. « Asnières, l’établissement public des Voies navigables de France, le département des Hauts-de-Seine, le SIAAP, ou encore les copropriétaires de la rue Fournier l’ont vite approuvé et chacun a facilité sa mise en place ». Le téléphérique fonctionnera pendant 7 mois.

Voir l'image en grand Rémi Muzeau, Maire de Clichy, aux côtés de Pierre Bédier, président des Yvelines et de Citallios, aménageur du site