La Machine de Turing : 4 Molière, une pomme et des secrets

La Machine de Turing : 4 Molière, une pomme et des secrets

Culture - Publié le 13 janvier 2020
Deux ans de triomphe, 4 Molière, des critiques dithyrambiques : La Machine de Turing sera bientôt un classique, à découvrir les 25 et 26 janvier !

Il y a dix ans, Benoît Solès tombait sur Alan Turing comme le fruit sur Newton. C'était quelque part sur le web, pas loin d'Adam et Ève, de Steve Jobs et de Blanche Neige. Le comédien faisait des recherches sur la symbolique de la pomme, lorsqu'il vit que tous ces éléments convergeaient vers un homme : Alan Turing, le légendaire décrypteur d'Enigma, la machine surpuissante chargée de coder les communications du Troisième Reich. À lui seul, il fit basculer le second conflit mondial, mais la justice britannique le condamna pour homosexualité. C'est finalement en mordant une pomme empoisonnée que l'homme se donna la mort en 1954. Le fruit défendu, croqué pour se libérer du monde après avoir tant aimé la vie.

Le destin d'un génie mal-aimé

Avant le film Imitation Game de Morten Tyldum, Benoît Solès se plonge dans la biographie de cet être à part. Il suit ses traces à Londres, Cambridge, et jusque dans le mystérieux manoir de Bletchley Park, qui abritait une station secrète d'interception radio. « J'avais l'impression d'établir une connexion sensorielle à travers la nature et les lieux qu'il avait aimés », se souvient Benoît Solès. De ce périple, il ramène des images, puis s'attèle à l'écriture d'un récit de l'existence du pionnier de l'intelligence artificielle, jusqu'à sa fin tragique. La Machine de Turing se monte pour Avignon, et le succès est immédiat. Reprenant notamment les images saisies en Angleterre, la scénographie nous plonge dans l'esprit de Turing. Trois hommes ayant marqué sa vie lui font face, sous les traits d'un même acteur, Amaury de Crayencour, dont le duo avec Benoît Solès est l'une des forces de la pièce. « Ce spectacle touche tous les publics : les amateurs d'histoire, les passionnés de sciences, et les personnes intéressées par les enjeux plus sociétaux. Les jeunes sont frappés par le côté visuel, mais aussi amusés par l'humour du personnage. Beaucoup de gens disent avoir été captivés du début à la fin. » C'est aussi ça la magie du théâtre : faire d'un paria une icône.

La Machine de Turing

Samedi 25 janvier à 20h30 et dimanche 26 janvier à 16h
Tarif : de 11 à 21 €

Avant la pièce, rencontre-dédicace avec Benoit Solès :
Samedi 25 janvier à 18h - Médiathèque Jean d’Ormesson

Achetez vos places en ligne

Localisation