Coronavirus : attention aux “fake news” !

Coronavirus : attention aux “fake news” !

Actualité - Publié le 20 mars 2020
Fake News
Les réseaux sociaux pullulent de fausses informations, souvent relayées de bonne foi pour aider ou alerter ses proches. En ces temps de propagation du virus Covid-19, la faculté des réseaux à propager ces informations fausses - voire dangereuses - aussi vite que le virus ne se répand, ne déroge pas à la règle. Comment s’y prendre pour démêler le vrai du faux ?

Nous nous sommes tous déjà fait avoir. L’information semble vraie, elle nous interpelle, elle nous choque ou elle nous fait rire… et d’un clic, nous partageons. Du thé pour lutter contre le Covid-19, l’armée qui intervient dans les rues, un virus créé par l’Institut Pasteur en 2004 ? Voici quelques clés pour éviter de croire et de relayer ces “fake news” !

  1. Non, votre mère qui sait toujours tout ou le copain de votre cousin qui travaille au Sénat, ne SONT PAS des sources fiables.

  2. Sauf grossière erreur, rare et vite sanctionnée, une fausse information ne provient pas d’un média “officiel”. Si elle vient d’un média dont vous n’avez jamais entendu parler, d’un blog, ou d’un site dont les contenus vous semblent obscurs, faite preuve de méfiance, et vérifiez avant de partager. Idem pour Twitter, Facebook et Instagram (sauf les comptes officiels).

  3. Vérifier. En général, les informations les plus fiables sur les épidémies proviennent d’organismes de santé publique reconnus. L’OMS par exemple. Le professeur de l’université du Wisconsin qui n’a publié qu’un seul tweet de toute sa vie n’est pas a priori une source fiable.

  4. Attention aux théories du complot. Le coronavirus se serait échappé d’un laboratoire à Wuhan pour éradiquer une partie de la population ? La CIA en serait à l’origine pour déstabiliser le régime chinois ? Un remède existe mais les USA ont bloqué sa fabrication ? Quand l’explication est trop simple ou dénigrante… attention méfiance !

  5. Une photo ou une vidéo n’est pas une preuve. Des vidéos sont parfois présentées comme actuelles, alors qu’elles datent de plusieurs années. Il est également très facile de trafiquer une photo et de créer des montages. Et les images réelles sorties de leur contexte peuvent être trompeuses.

  6. Enfin, faites attention aux titres racoleurs, écrits en majuscule, les “on nous cache”, “voici la vérité”… Il est humain, en période de crise ou de doutes, de se laisser emporter par les émotions. Apprenez à faire le tri et à ne pas laisser de place aux préjugés !

Quelques astuces :

  • Pour vérifier la provenance d’une image : il suffit de glisser la photo dans Google Images ou Tineye pour connaître sa source.
    Pour les vidéos, utilisez : Youtube DataViewer.

  • Certains sites se sont faits comme spécialité de débusquer les fausses informations ou “hoax” : n’hésitez pas à jeter un œil sur hoaxbuster.com ou hoaxkiller.fr.

  • Consultez d’autres articles sur le même sujet : variez vos sources d’information.

À consulter :

  • Sur Twitter : suivez @AFP Factuel. L’Agence de presse française y suit toutes les fake news circulant sur le web.

  • Une vidéo pour apprendre à se protéger des fausses informations :