Des agents mobilisés

Des agents mobilisés

Solidarité - Publié le 20 mai 2020
À l’état-civil, en crèche ou au service Seniors, en télétravail ou sur place, Annick, Audrey ou Sébastien ont continué à travailler pendant le confinement, pour assurer la continuité des services publics aux Clichois. Rencontre avec des agents pour qui confinement a rimé avec « être présent ».

Audrey - assistante de gestion au service des sports

Voir l'image en grand"Je gère habituellement le suivi de gestion-administration-comptabilité du service des Sports. En ce moment notre activité est réduite, du fait de l’annulation des événements et de la fermeture des clubs et salles de sport. Mais tout ne s’arrête pas ! Nous profitons de la fermeture des gymnases et salles pour procéder à des nettoyages, remises en état, entretien des équipements par exemple. Il reste toujours des engagements de dépenses à suivre, mais la baisse de travail m’a amenée à prêter main forte au CCAS. Je coordonne une équipe de 17 personnes chargées d’appeler les seniors et personnes fragiles. Suivant leur état de santé et leurs besoins, certaines personnes sont appelées tous les jours, ou au moins une fois par semaine. Quotidiennement, nous nous retrouvons en visioconférence pour faire le point avec mon chef de service, il y a également des réunions hebdomadaires et je suis joignable 7 jours sur 7 pour les urgences. Les journées sont longues, je peux avoir une réunion à 8h et recevoir un bilan à 19h30, mais notre mission est essentielle en cette période de confinement !"

Sébastien - agent d'accueil de l'Hôtel de Ville

Voir l'image en grand"Nous sommes trois à nous relayer de 8h à 18h à l’accueil de l’Hôtel de Ville du lundi au vendredi, les samedis mais aussi les jours fériés. Nos missions ont changé depuis le début du confinement. Nous accueillons évidemment moins de personnes mais nous recevons encore des Clichois à la recherche d’une attestation de sortie ou de renseignements. Nous gérons les flux pour l’état civil, renseignons pour faire en sorte d’y éviter les afflux de dossiers et de visites, réceptionnons les colis... Pour les missions essentielles à la gestion de cette crise, les agents continuent de travailler, pour la mise sous pli des masques par exemple, ou les cellules de crise."






Luc - coordinateur de l'animation et des foyers au service Seniors

Voir l'image en grand"Je suis en charge du portage des repas pour la résidence Azur ainsi que Hervé Bazin. Depuis le confinement j’assure de nouvelles missions telles que la livraison des médicaments : je vais chercher les ordonnances chez les seniors et vais prendre les médicaments à la pharmacie. Je m’occupe aussi des attestations de sortie, des recommandés à aller chercher à La Poste, ainsi que de la livraison des commandes passées au drive des grandes surfaces et des colis de l’Épicerie sociale. J’assure également une astreinte du dimanche au vendredi dans les résidences Azur et Bazin. Les journées sont denses ! Nous livrons actuellement 156 repas par jour. Et puis je suis bien souvent le seul lien avec l’extérieur pour les personnes âgées. Je m’enquiers de leur état de santé, je prête attention à leur moral, on échange sur l’actualité... cela fait également partie de mon travail en temps " normal ", mais j’y consacre forcément plus de temps depuis le confinement."

Nalan - responsable adjointe des Affaires générales

Voir l'image en grand"Nous nous relayons depuis le début du confinement avec deux agents, afin d’enregistrer les démarches telles que les naissances et les décès. Un agent est aussi sur place pour les démarches en ligne. Je travaille par roulement avec la responsable de l’état civil pour assurer la direction du service sur place, mais aussi chez moi en télétravail, car nous sommes en lien permanent avec les autres collectivités, les pompes funèbres, et nous continuons également de travailler avec les autres directions de la Ville."








Tony - responsable de la brigade de jour GPS - sécurité publique

Voir l'image en grand"Je suis à la tête d’une équipe de 5 policiers municipaux et trois GPS (Groupe prévention surveillance, patrouille d’agents à vélo, ndlr). Nous sommes deux équipes de jour sur la période 7h-18h, complétées par deux brigades de nuit. Depuis le confinement, nos missions habituelles se sont enrichies des actions de contrôle du confinement. Nous patrouillons à pied par équipes de trois, toujours les mêmes, afin de diminuer les risques liés au Covid-19 entre nous. Nous contrôlons ainsi tous les jours les piétons et organisons des points de contrôle routiers. Et je dois dire que les Clichois sont plutôt en règle. Certains parlent de relâchement mais la plupart des personnes que nous contrôlons sont dans leur droit. En revanche nous avons vu une nette augmentation des nuisances, ce qui est assez logique : on subit plus ses voisins quand on est chez soi 24h/24... et certains les redécouvrent (rires). Au niveau de notre propre sécurité, nous avions déjà mis en place avant le confinement des règles strictes : gestes barrière, désinfection des véhicules. Désormais nous portons masques et gants et sommes particulièrement vigilants lors des contrôles. Après, quand on doit interpeller... on doit interpeller... Je suis policier municipal depuis 2000, je connais bien les Clichois et j’aime le fait que nous exercions une profession qui certes, a les moyens de contraindre, mais aussi où la notion de proximité est essentielle. Une adéquation cohérente avec nos missions pendant le confinement."

Annick - directrice de la crèche Barbusse

Voir l'image en grand"La ville de Clichy a ouvert deux crèches d’urgence, Barbusse et le Jardin Extraordinaire, pour assurer l’accueil des enfants du personnel soignant, entre autres. La crise sanitaire nous a obligés à mettre en place une nouvelle organisation dès le début du confinement, notamment pour organiser les plannings du personnel, en termes d’hygiène et de sécurité renforcées. Nous avons veillé à faire en sorte qu’un enfant déjà accueilli dans une autre crèche de Clichy puisse retrouver une auxiliaire qu’il connaissait. Nous étions également ouverts le week-end, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui mais nous avons des astreintes pour les éventuelles demandes en urgence. En ce moment, nous préparons " l’après " pour gérer la réouverture partielle : des sondages auprès des parents, la désinfection des locaux, le changement des règles à l’intérieur de la crèche avec un nouveau cheminement pour les parents pour éviter les contacts, le respect des gestes barrière, des procédures d’hygiène renforcées... Je tiens à souligner d’ailleurs l’assiduité du personnel de crèche, qui a également dû s’adapter à de nouvelles façons de faire. Par exemple, en temps normal, nous donnons à manger face à l’enfant, désormais il faut être de côté... Nos pratiques se sont modifiées mais toujours dans le respect du bien-être des enfants. Les familles sont très satisfaites et partent travailler de façon sereine. Il faut travailler sans perturber l’enfant qui nous voit déjà porter des masques ! Mais les enfants s’adaptent très bien et prennent plaisir à venir à la crèche."

Nassera et Séverine - assistantes en charges des Affaires scolaires

Voir l'image en grand"Nous sommes dans le rush ! Je travaille en binôme avec ma collègue Séverine, aux affectations scolaires pour la rentrée de septembre. C’est une mission dont la majeure partie s’effectue entre avril et septembre, mais les affectations scolaires ont lieu tout au long de l’année. Avec le Covid-19, nous avons dû nous organiser autrement. Nous avons appelé et envoyé des mails aux familles, alors qu’en temps normal nous procédons par courrier. Mais avec les problèmes de distribution, la méthode a changé. Et puis les parents sont angoissés, c’est normal. Nous avons procédé en télétravail dès mars, et sommes de retour dans les locaux depuis avril. Les affectations scolaires, c’est la création de listings pour les directeurs, la création et participation aux commissions de dérogations, la préparation et l’impression des justificatifs pour la commission des TPS (toutes petites sections), l’envoi des 1 700 courriers aux familles, l’accompagnement des familles, la gestion des liens avec l’Éducation nationale... Tout prend plus de temps, mais les dossiers avancent."

Le Maire mobilisé aux côtés des agents

Voir l'image en grandRémi Muzeau, Maire de Clichy, était présent le mercredi 6 mai au gymnase Racine pour aider les agents à distribuer les colis de l’aide alimentaire aux bénéficiaires.

Localisation