Ils prennent Clichy comme modèle

Ils prennent Clichy comme modèle

Vie citoyenne - Publié le 28 janvier 2021
Leurs clichés ne cessent d’enchanter les amateurs de belles photos sur les réseaux sociaux. Chacun, à sa manière, immortalise et porte un oeil sensible sur Clichy, nous faisant redécouvrir la ville sous un nouveau jour. Rencontre.

Franck, la photo en bandoulière

J’habite Clichy depuis 17 ans. Je suis antiquaire, brocanteur, alors chiner, cela me connait ! J’ai beaucoup sillonné la ville. En passionné d’exposition, j’ai photographié Paris, mais aussi énormément Clichy.

J’adore les jeux de lumière, le fait qu’un même endroit, à une saison, à une heure différente, puisse offrir de multiples facettes, pour peu qu’on prenne le temps de l’observer. J’aime le fait d’immortaliser un instant. Je sors donc souvent avec mon appareil photo et ai une préférence pour les photos sans filtre, pour justement montrer la force d’une lumière, la beauté d’un reflet ou d’un éclairage. J’aime figer des ambiances, le design, l’architecture. J’habite non loin du parc Salengro, qui est une mine inépuisable de jolies scènes.

Et j’apprécie beaucoup aussi les berges de Seine, qui ont une lumière particulière, ce que n’ont pas manqué de célébrer les Impressionnistes qui peignaient là. Le pont de Gennevilliers y est aussi remarquable. Je trouve que l’art fait du bien, il nous évade de notre quotidien. Cela fait quelques années que je poste des photos de Clichy, notamment, sur internet, et je continue, encouragé par les commentaires que je reçois. »

Photos à retrouver sur Instagram :@frankigroov et @franckdeclichy

Victoria, l’art est dans le détail

J’ai commencé à prendre des photos lors du deuxième confinement. Au départ, je n’avais pris qu’une seule photo, que j’ai postée sur les réseaux : une fenêtre située au 5, rue de Paris. Beaucoup m’ont demandé des détails historiques, et c’est ainsi que je me suis dit qu’avec le confinement et ma passion pour l’art et l’histoire - j’ai fait l’école du Louvre et je suis attachée de conservation -, il était possible de faire une sorte de chasse au trésor à laquelle chacun pourrait participer.

J’adore me balader le nez en l’air, et si je faisais régulièrement des découvertes dans Paris, je n’avais pas encore pris le temps de contempler Clichy, où j’habite depuis 3 ans. Le confinement était l’occasion rêvée pour enfin prendre ce temps. J’en ai tiré 30 “épisodes”, 30 photos prises essentiellement avec mon téléphone, que j’ai retravaillées ensuite. J’ai trouvé ça sympa, dans une période où les voyages étaient limités, de faire profiter de notre seule évasion possible : notre ville. Il y a tant de choses devant lesquelles nous passons sans vraiment les regarder ! Cela a créé beaucoup d’interactions, des gens qui me racontaient l’histoire de leur immeuble, d’autres qui vivaient depuis des dizaines d’années à côté d’une porte magnifique à laquelle ils n’avaient jamais prêté attention… Je me suis replongée dans mes livres d’art pour apporter le maximum d’informations sur mes photos. J’en ai encore que je n’ai pas publiées, et je réfléchis à organiser des visites guidées, car beaucoup de Clichois m’ont sollicitée pour découvrir la ville autrement. Car il y a toujours des morceaux d’histoire et du beau autour de nous si on ouvre l’oeil ! »

Photos à retrouver sur Instagram : @vika.fischbach