Portrait : Agnès Boucher, une auto-entrepreneuse accomplie

Portrait : Agnès Boucher, une auto-entrepreneuse accomplie

Entreprise - Publié le 5 février 2021
Agnès Boucher
Partez à la rencontre d'Agnès Boucher, créatrice de sites internet, rédactrice web, auteure et secrétaire générale de l'association Clichy Entreprendre.

Clichy Actus. Votre profession ?

Agnès Boucher. Je suis créatrice de sites Internet et rédactrice Web ; je conçois des sites et je rédige les contenus textuels en optimisant le référencement naturel du site. Je le précise parce que très souvent, un Web designer ne travaille pas les textes et le référencement. Ce qui donne des sites très beaux, jamais vus, puisque mal référencés. Je conçois également des newsletters, des articles de blog et, en parallèle, je fais du Community Management. Ce qui est passionnant dans Internet, ce sont tous ces aspects sous-jacents, dont le néophyte n’a pas idée ; il faut en permanence se mettre à la page, car c’est un univers en perpétuelle évolution. Je vais d’ailleurs en 2021 développer des modules de formation qui seront finançables par les OPCO et les Fonds professionnels de formation, à laquelle tout entrepreneur a droit.

Clichy Actus. Votre formation ?

Agnès Boucher. Je le reconnais, je n’ai pas vraiment aimé l’école. Je m’y suis beaucoup ennuyée. J’aurais adoré, comme André Gide, avoir un précepteur à domicile. J’ai fait des études parce que je vivais dans un milieu où elles étaient incontournables. Après un cycle supérieur en documentation qui ne m’a pas passionnée, j’ai commencé à travailler ; en parallèle, je me suis toujours formée par moi-même, à travers des enseignements qui me correspondaient, tels la PNL, les questionnaires de personnalité, les outils numériques. J’ai besoin d’apprendre en permanence et je suis par nature sceptique, ce qui signifie que lorsqu’on me dit quelque chose, je le vérifie et pas seulement sur le Web.

Clichy Actus. Votre parcours professionnel ?

Agnès Boucher. J’ai été chasseuse de (grosses) têtes ; puis j’ai créé mon cabinet de bilans de compétences. En tant que coach, je me suis spécialisée dans la recherche d’emploi et la reconversion professionnelle. Cela m’a donné une véritable connaissance des métiers et des secteurs. C’est par l’écriture que j’ai ensuite opéré un transfert de mes compétences vers l’accompagnement des entrepreneurs dans leur communication digitale.

Clichy Actus. Depuis quand êtes-vous Clichoise (même si vous appréciez aussi être en Bretagne) ?

Agnès Boucher. Je suis une Parisienne pure souche ; j’ai longtemps vécu aux Batignolles, puis à Auteuil, avant de « passer le périphérique et le Channel » pour m’installer à mi-temps à Levallois et Oxford. J’ai posé mes valises à Clichy-La-Garenne depuis presque quatre ans. J’aime beaucoup la ville avec sa diversité, sa similitude architecturale avec Paris et sa tranquillité. Pour des motifs personnels, je transhume régulièrement avec le Morbihan, mais je suis une vraie citadine. Cependant, ces expériences de l’étranger et de la province me donnent une ouverture sur des univers que je n’avais pas lorsque je n’étais « que » parisienne.

Clichy Actus. Avez-vous toujours été indépendante ?

Agnès Boucher. L’indépendance est venue après le salariat et un peu par hasard. Mais je ne l’ai jamais regretté, même si l’entrepreneuriat cause parfois des sueurs froides et des insomnies. Ce sont deux mondes très différents qui ne sont pas accessibles à tous, justement à cause de son insécurité. La crise du Covid19 montre assez la fragilité des TPE et l’obligation de se battre chaque jour pour exister et pérenniser son activité.

Clichy Actus. Quels avantages à être indépendante ?

Agnès Boucher. La liberté, même si elle n’est jamais pleine et entière, il ne faut pas se leurrer. On n’est jamais totalement libre, dès lors qu’on accepte les contraintes administratives et financières de l’entrepreneuriat. J’apprécie énormément d’être responsable de mes actes, de travailler pour qui je veux, où et quand je veux.

L’indépendance ne signifie pas être solitaire. Avec d’autres entrepreneuses de Clichy, nous avons formé un groupe Facebook « Les Clichoises réseautent ». En Bretagne, j’ai découvert les réseaux au féminin ; l’appréhension de la vie et de la création d’activité par des femmes est souvent différente de celle des hommes ; elle est plus humaniste et solidaire.

Clichy Actus. Qu'est-ce qui vous motive dans votre métier ?

Agnès Boucher. Accompagner les entrepreneurs à développer leur activité. Quand je travaille avec et pour un entrepreneur, mon objectif est de comprendre ce qu’il attend du Web pour son entreprise ; puis je lui propose les solutions qui correspondent à ses besoins et à ceux de sa cible client. J’ai toujours préféré le sur-mesure au prêt-à-porter. La communication digitale est un outil fantastique dès qu’on l’emploie à bon escient, ce qui est rarement le cas. J'entends encore trop souvent des entrepreneurs me dirent que leur site Web est inutile, les réseaux sociaux stériles et chronophages, la publicité sur Facebook inefficace. Mais ces disciplines sont d’authentiques expertises et n’ont rien à voir avec la pratique quotidienne de l’internaute moyen ! Je suis passée par ces étapes dans ma précédente société et j’ai vite découvert que je faisais tout en dépit du bon sens. J’ai alors perdu beaucoup de temps, car être présent sur le Web n’est pas simple du tout. D’où l’importance de faire appel à de véritables professionnels, comme chacun de mes clients l’est dans son domaine de compétence.

Clichy Actus. Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent se lancer ?

Agnès Boucher. Faire un bilan de compétences. C’est un incontournable point de départ, même quand on sait ce que l’on veut faire. Trop de salariés pensent que l’entrepreneuriat est « super » parce qu’on n’a plus de patron. Mais tout le monde n’a pas la capacité à devenir indépendant, voire dirigeant d’entreprise, sans que cela soit bien ou mal. Nous sommes juste tous différents.

Clichy Actus. Vous êtes également auteure et biographe, continuez-vous toujours d'écrire ? Sont-ce des métiers que vous continuez d'exercer en parallèle de la création de sites Web et de community management ?

Agnès Boucher. C’est avant tout par l’écriture que j’en suis arrivée à mon métier actuel. Écrire m’est naturel et indispensable. J’écris pour mes clients, j’écris pour moi. Je viens de terminer mon cinquième roman policier, je m’attelle à un second essai sur des compositrices, j’ai un récit historique en gestation. Ce sont des modes de création et de rédaction totalement différents et c’est aussi cette diversité qui est passionnante et enrichissante. Je suis publiée aux Éditions L’Harmattan et aux Éditions Hélène Jacob. Pour les biographies, je travaille avec des particuliers qui veulent laisser un témoignage de leur vie à leur famille et proche, mais n’ont pas le talent d’écriture. Je peux également le faire pour une entreprise.

Clichy Actus. Quelles sont vos passions ?

Agnès Boucher. La littérature, l’écriture, la musique classique, le cinéma et le théâtre, la psychologie et la sociologie, chaque fois comprendre l’autre dans ses modes de pensée et ses façons de vivre, dans sa différence aussi. Je ne suis pas très sportive, la marche, le vélo et le golf, mais plus par nécessité de faire de l’exercice que par goût.

Site : agnesboucher.fr

Facebook : Les Clichoises réseautent

Clichy entreprendre

L’association Clichy entreprendre a pour but de rassembler les entrepreneurs clichois, autour de trois missions : favoriser les initiatives en créant du lien entre les entreprises et les collectivités publiques ; mutualiser les moyens et les compétences ; mettre en commun les bonnes pratiques entrepreneuriales. L’association propose, quand la situation sanitaire le permet, des afterworks pour faire connaissance entre entrepreneurs clichois, et des ateliers en fonction de l’actualité.