Get Happenz : le premier studio clichois a de l'ambition !

Get Happenz : le premier studio clichois a de l'ambition !

Entreprise - Publié le 29 mars 2021
Herman Taba, Get happenz
Aya Nakamura y a enregistré un titre de son dernier album… On peut dire que les débuts du studio d’enregistrement clichois Get Happenz ne manquent pas de panache.

Avec des artistes déjà en place (Vegedream, Nawell Madani, Denatora, Awa Imani), des Clichois ou enfants de la ville (comme Axel Tony, Julia-Sarah Mbappe Koum) ou des artistes émergents de la nouvelle scène, le studio Get Happenz, créé en février 2020, donne de la voix, et ce malgré l’impact de la crise sanitaire.
« On a ouvert dans un moment difficile », explique Herman Taba, Clichois de toujours et responsable du studio. « Mais cela a juste freiné notre partie coworking, qui pour l’instant nous sert pour les coachings, en attendant que nous puissions accueillir nos premiers coworkers ». Car Get Happenz se veut plus qu’un simple studio. « Un hub artistique, où l’on puisse faire ses enregistrements, mais aussi être accompagné dans ses projets. Nous proposons la création de books, la prise de photo, des coachings voix, photo, vidéo, scénique, des conseils carrière… tout ce dont un artiste a besoin pour mener à bien la sortie de son single ou album. » 150m² sont ainsi dédiés à la production musicale et audiovisuelle, avec deux studios d'enregistrement, un studio photo et un studio de répétition.

« Et nous sommes aussi un label » , ajoute celui qui pratique des prix volontairement bas au sein de la société qu’il a montée avec trois associés et amis d’enfance. « Permettre à de jeunes chanteurs de se faire connaître, c’est cela qui nous anime, en tant que passionnés de musique. Nous avions commencé par l'organisation de concerts, festivals et soirées, et de ces expériences est née l'idée de créer notre studio dans la ville qui nous a réunis : Clichy ». Dans les mois à venir, le touche-à-tout Herman aimerait ajouter une salle de danse, une façon de se rapprocher d’une autre de ses passions, lui a qui a animé pendant des années les sessions hip hop de l’espace Henry Miller, en plus de son association Kids Création.