Toutes les actualités

Tout savoir sur le compostage auprès des brigades vertes

Environnement - Publié le 18 mai 2021
Depuis le mois d’avril, des bacs à compost ont été installés au parc des Impressionnistes et aux jardins partagés des allées de l’Europe. Pour en garantir le succès, l’association des Brigades vertes est là pour vous guider.

Il fait frais, ce dimanche après-midi. Mais il en faudrait plus pour décourager les jardiniers amateurs qui sont une dizaine à s’affairer, les genoux dans la terre. « Le printemps, c’est la saison idéale pour tout remettre en ordre, recréer de la vie », lance Françoise, pioche à la main. Au bout des jardins, sur la parcelle qui sera bientôt disponible pour les personnes à mobilité réduite, trois énormes bacs à compost ont été installés. Il est 16h, et Stéphane Fall, co-créateur de l’association des Brigades vertes, a déjà installé ses petites affiches de guide du compostage.

Hélène et Fanny sont venues aux renseignements. « C’est donc là qu’on peut amener ses déchets organiques désormais ? », questionnent-elles. Car les composteurs installés dans les parcelles individuelles ont laissé place à des composteurs communs, permettant une meilleure gestion des déchets à composter. « La réussite d’un composteur est délicate. Il faut l'entretenir, assurer la bonne répartition des déchets azotés et carbonés, maintenir une certaine humidité et surtout, veiller à ne pas y jeter n’importe quoi, ou en trop grosses quantités », explique Stéphane Fall. L’association, avec les services de la Ville, se charge de leur entretien. Et c’est au pro du compostage d’en expliquer les secrets aux jardiniers, comme Jean-Yves, qui habite à côté et vient régulièrement le dimanche y déposer ses épluchures.

« En attendant d’avoir peut-être la chance d’avoir une petite parcelle, je viens participer au recyclage, c’est un petit geste mais ça me semble important. » Une fois devenue compost « au bout de 8 à 12 mois », souligne Stéphane, la matière servira aux plantations dans les espaces verts de la Ville, qui représentent 308 hectares.

Les Brigades vertes sont présentes chaque dimanche au parc des Impressionnistes de 15h à 15h45 et aux allées de l’Europe de 16h à 17h30

Association Les Brigades Vertes

Stéphane Fall, des Brigades vertes, entouré de Fanny, Hélène, Florent et Marie-Stella. Le composteur est constitué de deux bacs : un bac de récupération des biodéchets et un bac de réserve de matière sèche. Lors du dépôt des biodéchets, il faut prendre soin de recouvrir le dépôt de matière sèche (carbonée) dans la même proportion pour respecter l'équilibre azote-carbone. A côté, un bac de maturation finale est maintenu fermé afin que rien n'y soit ajouté en attendant la récolte du substrat (compost maturé).

Le secret d’un bon compost

Pour réussir son compost, il faut veiller à respecter l’équilibre des matières.
Cinq éléments et quelques actions sont nécessaires pour obtenir un bon résultat.

40 % de matières organiques (matières azotées) : épluchures, légumes et fruits, tonte fraîche, résidus verts des jardins... Le marc de café et le thé sont les bienvenus.
50 % : de matières carbonées : paille, foin, feuilles mortes, brindilles, carton brun…
10 % : de matières minérales micro-fragmentées : coquilles d’œufs, calcaire, silice, charbon en très petite quantité
• de l’oxygène, obtenu par le brassage et l’aération régulière
• de l’eau, grâce à l’arrosage et à l’humidification, en cas de sécheresse ou fortes chaleurs. Humidité ne veut pas dire inondation ! Trop d’humidité génère de la pourriture. Trop de sécheresse, de la lenteur pour la maturation.

 

À ne pas mettre :

 

La viande, le poisson, le fromage, les laitages et les produits céréaliers. S’ils sont compostables, ils sont interdits dans les composteurs de la Ville pour éviter l’invasion des rongeurs ou d’insectes proliférants.

Cartons et papiers avec de l’encre

Pelures d’oignons, ail et échalotes

Coquilles d’œufs et de coquillages non concassés

Petits os et arrêtes tolérés si propres !
Éviter les agrumes, ou en très petite quantité.

 


L’association des Brigades vertes


Les Brigades Vertes de ClichyL'association a été créée en 2005 par Stéphane Fall et Fabien Tournan. A l'origine, les Brigades vertes œuvrent pour la préservation et la promotion des espaces naturels, participent à la lutte contre la désertification, au Sahel et en particulier au Sénégal. « 75 écoles ont été reboisées depuis notre création, deux pépinières ont aussi été constituées », explique Stéphane.

« Cette activité se perpétue au Sénégal avec l’agrément des autorités en charge des Eaux et Forêt et celles en charge de la Grande muraille verte. » Et l'association peut compter sur le soutien de sociétés telles que FC Telecom, Bionnoor, les fondations Truffaut et Veolia environnement.

À Clichy, les petits Clichois connaissent également bien leurs actions. Grâce au jardin pédagogique situé rue Ferdinand Buisson, ils sont nombreux à avoir pu profiter des activités organisées autour de la découverte de la nature, du jardinage et de la biodiversité, « ainsi que de conseils pour la protection de cet environnement que nous soignons et qui sera leur héritage », souligne Stéphane.

Plusieurs espaces sont également entretenus par l’association qui y organise des sensibilisations au développement durable et à la culture de la terre, comme à la maternelle Jean Jaurès.

L’association travaille également en collaboration avec les autres associations clichoises, comme auprès de SFM où elle a également fait découvrir aux enfants l’importance des ressources naturelles en mars dernier, avec le concours des animateurs de l’association. « Nous avons pour but de redonner aux habitants la joie de participer activement au développement d’un environnement vivable. L’éducation et la sensibilisation des habitants de toutes les générations figurent au rang de nos priorités, particulièrement vis-à-vis des enfants qui aiment les jardins. Il s’agit au final de contribuer à mettre en place un modèle d’actions citoyennes, former des équipes et viabiliser des projets hautement participatifs, pour être au service de la transition écologique et sociale. Un travail d’autant plus nécessaire dans les villes très densément peuplées comme Clichy », résume Stéphane Fall.

Les brigades vertes
13, rue Ferdinand Buisson
bvclichy.com

Pages associées

Haut de page