Les archives municipales

Les archives municipales

Voir l'image en grandLes Archives municipales sont un service public de la ville. Elles font partie des dépenses obligatoires de la commune. Elles ont pour mission de collecter, de classer, de conserver, de contrôler et de communiquer (on l’appelle la règle des 5C) les documents produits par la municipalité.

 

Les Archives sont essentielles à la conservation de la mémoire clichoise, mais aussi au bon fonctionnement de la municipalité. Sans elles, impossible de prouver son identité, de faire valoir ses droits, de connaître son histoire.

 

L’accès aux archives est libre (selon les délais de communicabilité fixés par la loi).  Toutefois, il est préférable de contacter le service à l’avance et de fixer un rendez-vous afin que nous puissions faire les recherches.

Délais de communicabilité des archives

Les archives municipales sont soumises au Code du patrimoine. Celui-ci est modifié par la loi du 15 juillet 2008 relative aux délais de libre communicabilité. Ainsi, certains documents ne sont communicables qu’après un délai (calculé par rapport à la date de création du document) :

 

  • 25 ans pour les documents relatifs au secret commercial ou industriel ;
  • 50 ans pour les documents relatifs au secret de la défense nationale, à la sûreté de l’État, à la sécurité publique, à la protection de la vie privée ;
  • 75 ans pour les registres d’état civil de naissance et de mariage*, pour les documents relatifs aux enquêtes statistiques, aux enquêtes policières, aux minutes et répertoires de notaire ;
  • 100 ans pour les dossiers portant sur une personne mineure, pour les documents relatifs à la sécurité des personnes, pour les listes de recensement militaire ;
  • 120 ans pour les documents relatifs au secret médical.

 

* Les décès sont immédiatement communicables sauf si la cause est indiquée.

 

L’origine des Archives municipales de Clichy

La première occurrence du service archives remonte au conseil municipal de l’an X de la République (1802). Il y est alors voté une somme de 37 fr 50 pour la reliure des anciens registres paroissiaux[1].

 

La délibération municipale du 9 août 1840 nous apprend que les Archives se trouvent ensuite à la Mairie, c’est-à-dire à la Maison commune construite en 1835 (aujourd’hui au niveau du Marché du Centre). Le Conseil montre « l’utilité d’un classement méthodique des titres, registres et papiers de diverses natures confusément renfermés sans ordre dans des liasses » ainsi que « l’avantage que l’administration à venir trouverait dans l’établissement d’un répertoire »[2]. Sont également votés l’obtention de casiers et de cartons pour le rangement.

 

Quelques années plus tard, les Archives emménagent à l’Hôtel de Ville avec les autres services. Le déménagement a lieu en 1878. Les Archives se trouvent alors au deuxième étage. « [Elles] comprennent les registres paroissiaux de l’état civil depuis 1625, les registres de délibérations du Conseil municipal depuis l’origine, ceux de la Commission administrative du Bureau de bienfaisance, un registre spécial portant copie des délibérations du Conseil municipal relatives à l’hospice du général Roguet, le registre de délibérations de la Caisse des écoles, enfin, les différentes pièces inséparables d’une importante administration communale. »[3]

 

Elles y resteront jusqu’en 2008 avant d’être déménagées au Centre administratif rue Martre.

 


[1] Délibération du huit ventôse an X : dépense de la commune pour l’an XI, Registre de délibérations municipales, AC Clichy.

[2] Délibération municipale du 9 août 1840, « Établissement des Archives municipales : crédit supplémentaire de 238 fr 60 », Registre des délibérations municipales, AC Clichy.

[3] État des communes à la fin du XIXe siècle. Clichy. Notice historique et renseignements administratifs, p. 133

 

Que trouve-t-on aux Archives ?

Les archives les plus anciennes datent du XVIIe siècle, tandis que les plus récentes datent de l’année précédente. On parle d’archives anciennes pour les documents datant d’avant la Révolution française ; d’archives modernes jusque dans les années 1950 ; puis d’archives contemporaines. Actuellement, les locaux entreposent près de 950 mètres linéaires d’archives.

Les registres d’état civil

Voir l'image en grandJusqu’à la Révolution, l’état civil est enregistré par la paroisse, c’est-à-dire l’Église catholique. On parle alors de registres paroissiaux. S’y trouvent les baptêmes, mariages et sépultures.

C’est après la révolution que l’on parle communément d’état civil et que l’Etat prend en charge la rédaction de ces registres.

Les Archives municipales conservent les registres de 1625 à 1917.

Le saviez-vous ? Le registre de 1625 est notre document le plus ancien

Les tables décennales

Les tables décennales recensent tous les actes (naissance, mariage et décès) enregistrés dans la commune, par période de dix ans. Vous les retrouverez en version numérisée sur le site des Archives départementales des Hauts-de-Seine de 1793 à 1942.

Les recensements de population

Voir l'image en grand AD 92 - Liste nominativeÀ partir du début du XIXe siècle, l’État organise tous les cinq ans (sauf en cas de guerre ou autre empêchement majeur) un recensement de la population par commune. Le nom de chaque personne résidant dans la commune y est inscrit. S’y ajoute parfois l’âge, la profession ou le lieu de naissance.

Pour Clichy, seules deux années ont été conservées : 1896 et 1921.

 

Les listes électorales

Les listes électorales recensent, par ordre alphabétique de noms et par années, les électeurs et électrices de la ville. Y sont précisées la profession, l’adresse et parfois la date de naissance. À Clichy, les listes électorales existent depuis 1914 (sauf pour 1915-1918, 1920, 1940-1944).

Attention, les femmes n’obtiennent le droit de vote qu’en 1944 et seules les personnes de nationalité française sont inscrites !

Les registres de conscription

La conscription est le recrutement militaire par l’appel des jeunes hommes ayant atteint l’âge légal. L’âge est fixé à 20 ans : la classe militaire est ainsi l’année des vingt ans du citoyen (par exemple, une personne née en 1890 est de la classe 1910). Les registres recensent toutes les personnes de vingt ans résidant à Clichy de nationalité française. Les Archives municipales les conservent depuis 1891 ; ils sont communicables jusqu’en 1920.

Les registres de délibérations municipales

Chaque délibération du Conseil municipal est inscrite dans un registre. Pour Clichy, certains actes datent d’avant la Révolution (1783), c’est-à-dire avant l’installation du Conseil municipal. Les registres permettent de retracer l’histoire de Clichy. On y retrouve les embauches de personnel, les changements de nom de voirie, les travaux, les budgets, …

Les concessions de cimetières

Les registres recensent pour chaque année, et pour les deux cimetières, les demandes de concession. On y retrouve donc l’emplacement de la tombe ou du caveau pour une concession de dix, trente ans ou à perpétuité. Pour le cimetière sud, les premiers documents datent de 1814.

Les archives des services et des établissements

Les Archives conservent les documents des services et des établissements publics de Clichy. On y retrouve de nombreuses informations concernant l’organisation de la commune, les écoles, la Maison du peuple, les centres de santé, les guerres, les marchés, etc

Les livres documentaires

En collaboration avec le Pôle Documentation, les Archives municipales de Clichy proposent aussi des livres notamment d’histoire à consultation sur place, dont voici une petite sélection :

  • Notice historique et renseignements administratifs de Clichy, État des communes à la fin du XIXe siècle publié sous les auspices du Conseil général, Département de la Seine, Direction des Affaires départementales, Montévrain, Imprimerie typographique de l’école d’Alembert, 1903. [Aussi consultable librement sur Gallica]

  • Gaillard Marc, Les Belles Heures de Clichy de Dagobert… à aujourd’hui, photographies de Christophe Perrucon et Philippe Lasserre, Martelle éditions, Mairie de Clichy, 1992.

  • Lecanu (abbé), Histoire de Clichy-la-Garenne, Paris, Imprimerie de Poussielgue, 1848, Éditions de la Tour Gile, 1996. [Aussi consultable librement sur Gallica]

  • Narbey (abbé), Histoire de l’ancien Clichy et de ses dépendances, Clichy, M. Lallier, Paris, C. Denoix, 1909.

  • Pardies J., Clichy-la-Garenne : essai sur l’évolution d’une ville de la banlieue immédiate de Paris, illustrations, manuscrit dactylographié relié, 1944.

  • Perrier Jacques, La Libération dans les Hauts-de-Seine, préface de Charles Pasqua, Neuilly, Cyrnéa, 1994.

  • Savoye André, Guerre et après-guerre en banlieue nord parisienne 1914-1922, préface de Jacques Frémeaux, postface d’Olivier Forcade, Saint-Cloud, Soteca, « Vivre dans la guerre », 2010

Vos archives

Tout le monde produit des archives dans sa vie quotidienne. Vous trouverez ici les durées de conservation à respecter.

 

Vos ancêtres

Vous songez depuis longtemps à débuter des recherches généalogiques mais vous ne savez pas comment procéder. Des questions se présentent immédiatement à vous :

  • Comment vais-je m’organiser?
  • Où vais-je trouver les informations ?
  • Par où vais-je démarrer ?

Voici des éléments de réponses qui vont vous aider à démarrer sereinement vos recherches.

 

1 - Faire le tour de votre famille

Le plus simple est de commencer par les proches parents. Posez-leur des questions sur les membres de la famille qu’ils ont connu, leur enfance et demandez-leur de ressortir les albums de familles. Ils prendront sûrement beaucoup de plaisir à vous raconter leur vécu, à ressortir des histoires. Vous pouvez enregistrer leur témoignage ainsi vous serez sûr de ne rien oublier.

La seconde étape clé est l’accès aux documents officiels tel que les livrets de familles, livrets militaires, actes notariés et autres documents contenant de précieuses informations pour la suite de vos recherches généalogiques. Ce seront vos clés d’accès à vos ancêtres.

Si au terme de votre enquête familiale, vous n’avez pas récupéré beaucoup d’information, pas de panique !

 

2 - Classer, organiser vos documents

Une fois que vous aurez récupéré ces documents, vous pouvez commencer par les classer par personne, puis par couple, puis par famille. Une fois les documents classés, il est temps de choisir la personne qui sera la personne de base de votre arbre généalogique. Vous pouvez choisir un membre de votre famille qui vous est cher.

Maintenant vous êtes prêt(e) pour partir à la découverte de vos ancêtres.

 

3- Débuter vos recherches aux archives

Toutes les informations que vous avez collectées dans votre famille, constituent le point de départ de vos recherches. A l’issue de votre enquête familiale, vous avez sûrement réussi à récupérer des dates et des lieux.

Pour aller encore plus loin, vous devrez consulter les registres d’état civil qui sont disponible aux archives municipales ou départementales en ligne. Attention, rare seront les fois où un acte de naissance stipulera le lieu de naissance de l’enfant. Il vous faudra recroiser des informations, calculer et parfois passer par les actes notariés pour avoir des réponses.

Si l’un de vos ancêtres est mort au combat dans un guerre du XX ème siècle, le site http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/  sera votre allié.

 

Bonnes recherches ! 

Les archives numérisées en ligne

Aux Archives Départementales des Hauts-de-Seine

 

De nombreuses archives clichoises sont disponibles sur le site Internet du département des Hauts-de-Seine. Vous y trouverez :

  • Les registres paroissiaux de 1625 à 1792 ;
  • Les registres d’état-civil de 1793 à 1918 pour les naissances et les mariages, et de 1793 à 1942 pour les décès ;
  • Les tables décennales de 1793 à 1942 ;
  • Le recensement de la population de 1891, 1896 et 1911 ;
  • Le plan du cadastre de 1826, 1842, 1856 et 1938 ;
  • Les tables d’enregistrement de 1904-1969 ;
  • Deux livres d’histoires locales : Désormeaux Alphonse, Clichy pendant la guerre, Paris, imprimerie Paul Dupont, 1920 ; et Lavaud Charles, Étude du projet « Clichy-Port-de-mer », 1911.

Vous pouvez zoomer, imprimer la page en cours ou une partie en format PDF

 

Voir l'image en grandLien vers le mode d'emploi 

Les Archives Départementales proposent aussi de nombreuses cartes postales anciennes des différentes communes que vous pouvez trouver à partir du site Open Data Hauts-de-Seine.

 

 

 

 

 

 Aux Archives Nationales

Voir l'image en grand

De nombreux documents d’archives sont également disponibles en ligne aux Archives Nationales. Pour les retrouver, rendez-vous sur la salle des inventaires virtuelle et faites une recherche par la barre de recherche en sélectionnant en-dessous « archives numérisées ».

Retrouvez le lien vers l’aide à la recherche ici

 

 

 

 

 

À la Bibliothèque nationale de France : Gallica

La bibliothèque numérique Gallica est une mine d’or ! Vous y trouverez des journaux anciens, des ouvrages, des cartes, des photographies et même des fonds sonores. Vous pouvez faire une recherche par mots-clés ou par types de documents. Pour ce faire, cliquez en haut à droite sur « Sélections », puis sur le type qui vous intéresse.

 

Voir l'image en grandZoom sur les journaux : le quotidien Le Petit Parisien permet d’avoir des nouvelles locales.

 

 

 

 

Les archives militaires

 

Voir l'image en grandDe nombreuses archives militaires sont consultables en ligne. Le site Mémoire des hommes permet de rechercher un nom de soldats parmi les bases de données. Vous pouvez faire des recherches notamment par conflits et par parcours individuels.

Les inventaires en ligne du Service historique de la Défense sont pour certains très détaillés. La liste des dossiers administratifs de résistants de la Seconde Guerre mondiale est particulièrement intéressante.